LES CHANTIERS DE LA THERMOGRAPHIE

Sommaire

Nous listons ici les "évidents" de la thermographie. Nous détaillons ensuite.

  • la thermographie pour voir ;
  • la thermographie comparative = état du patrimoine et sensibilisation ;
  • la thermographie état des lieux, avant l'achat d'un bâtiment, avant rénovation légère, avant l'installation d'énergies renouvelables ;
  • la thermographie contrôle et réception de travaux (neuf et rénovation) : contrôle des mises en oeuvre, de la conception et des réalisations.

La thermographie pour voir

C'est la thermographie de tous les risques et, surtout, c'est la porte ouverte ... à l'exclusion de la thermographie. Technique naturellement controversée puisque le pseudo-thermographe lui fait dire ce à quoi l'ignare peut acquiescer, tandis que le donneur d'ordre, sur la défensive (il veut "voir"), n'avale pas n'importe quelle couleuvre. Or, la thermographie apporte la puissance de l'image tout autant que l'illusion souvent associée.
Voilà un grand donneur d'ordre, gestionnaire de l'aéroport de X. Il veut se faire une idée de cette technique "à la mode", consulte 3 sociétés pour un devis, montre ce qu'il veut thermographier = des entrées d'air sous des portes vitrées d'il y a 40-50 ans, avec un jour de 3 cm, des portes fermées, des portes ouvertes, des bandeaux bas de bureaux derrière des étagères, presqu'intégralement n'importe quoi ! 3 heures de visite pour faire un devis d'un montant qui ne doit pas dépasser 1000 euro, "si on vous passe commande". Réponse : "Mais vous n'y êtes pas ; vous cherchez à vous faire une idée de l'intérêt de la thermographie, mais votre avis est déjà négatif : elle ne sert à rien ?" Dans le 1000. Du temps perdu : le gestionnaire retiendra un amateur moins-disant qui gambadera avec son jouet tel un poulain dans son enclos : il chantera des sottises, CQFD, dossier clos.
Donc, le rôle de la thermographie n'est pas d'enfoncer des portes ouvertes : la démonstration de son utilité est en correspondance de ses compétences décrites sur ce site. Elle est démonstration indiscutable mais peut aussi être technique dévoyée.
Vous voulez un peu de thermographie pour voir ? Consultez, à la fois, un amateur et un Thermographe Inscrit au Tableau. Et surtout ne dites pas que vous savez déjà tout !

La thermographie comparative - dont la thermographie aérienne

Nous voilà dans le début de sérieux de la thermographie actuelle, néanmoins superficielle. En effet, quand les chantiers sont étendus, on n'entre pas dans les détails et le donneur d'ordre qui demande trop et tout risque de buter rapidement sur le coût de souhaits démesurés ; il est donc impératif de procéder par options. Et d'écouter les Thermographes qui sauront préconiser un travail par étapes.

Déjà là, attention au sens des mots !
Le thermographe réalise un diagnostic thermographique (il se rapporte donc à la norme NF EN 13187).
Le thermicien assure un diagnostic thermique, une étude thermique, un bilan thermique, un diagnostic énergétique. Reportez-vous à la norme NF P03-310 (pour l'étude thermique du bâtiment neuf) et à la Bonne Pratique BP X30-120 (pour des idées sur l'étude énergétique dans l'industrie).
Et chacune des contributions peut être plus ou moins longue et complète.

La plus rapide, la moins onéreuse par habitant, et la moins complète des interventions est la thermographie aérienne, thermographie de masse, qui consiste à comparer les déperditions des toitures d'une agglomération et à constater, ici et là, des toitures à problème. Son implication forte est la sensibilisation des habitants qui viennent constater et contester "la couleur de leur maison". L'entretien qui s'ensuit est fondamental, initiateur des changements de comportements et des actions pour la planète : on poursuit donc par une thermographie au sol, un diagnostic de performance énergétique, une étude thermique... Etc...

La comparaison de thermographies au sol des bâtiments d'une municipalité, d'une communauté de communes, d'un patrimoine immobilier, entre dans ce cadre de la thermographie rapide et précurseur d'actions encore plus fines et efficaces.

Cette thermographie implique que l'intervenant maîtrise la notion de classification des déperditions, ce qui n'est pas banal. Faites donc parler vos interlocuteurs et, pour en savoir plus, lisez le document téléchargeable "la thermographie entre ciel et terre". Vous y verrez que la thermographie aérienne est sujette à forte controverse, avec raison, du fait d'un amateur historique toujours actif sur le marché des communautés incompétentes, manipulateur sans plus de compétences et retardateur des engagements des organismes nationaux !

La thermographie état des lieux avant l'achat d'un bâtiment, avant la rénovation légère et les ENR

Chez le particulier, la notion de "refait à neuf" rencontre quelques soucis quand un thermographe s'en mêle pour aider le particulier à la décision d'achat : celui-ci ne désire pas payer deux fois la rénovation. Si, de plus, le thermographe est diagnostiqueur DPE, il n'entre pas dans le processus du diagnostic immobilier obligatoire, ce qui confère une valeur supplémentaire à ses constats et ses calculs. L'acheteur dispose ainsi de la consommation conventionnelle et des défauts thermiques (non conventionnels !) du bâti. Bel ensemble.

Pour les bâtiments à destination "publique", il est envisageable de procéder de même avant la mutation pour mieux estimer le coût du bien, en période de chauffage : achat + travaux d'amélioration de la performance énergétique.

Par contre, si une rénovation lourde est envisagée, aucun besoin de thermographie à l'estimation et avant les travaux.

La thermographie au contrôle et à la réception des travaux, en neuf et en rénovation

Voilà l'application où l'excellence de la thermographie se démontre finement. Pourvu que l'on s'en donne la peine. On peut ici aller jusqu'à quantifier les défauts du bâti, ce qui reste néanmoins délicat et réservé à des interventions spéciales de connaisseurs.

Les lignes et les détails de la vérification d'un ensemble de points intervenant dans la performance énergétique restent à formaliser, nous y sommes attelés. Très essentiellement :

  • éléments de conception préjudiciables à la performance énergétique ;
  • habitudes et défauts de mise en oeuvre en matière d'isolation thermique ;
  • habitudes et défauts de mise en oeuvre en matière d'étanchéité à l'air ;
  • ponts thermiques et traitement de ces ponts.

Ce chantier est celui de l'avenir de la thermographie, comme technique à institutionnaliser et à imposer pour l'auto-contrôle et le contrôle indépendant afin d'attribuer des labels de basse consommation et de maison passive. Il faudra des thermographes confirmés indépendants, donc formés suivant un solide référentiel qui a fait ses preuves durant de nombreuses années : des thermographes "certifiés COFRAC thermographe du bâtiment" (depuis septembre 2012) !

ImprimerE-mail