SE FORMER EN THERMOGRAPHIE

La formation thermographique de l'artisan et de l'entrepreneur

La formation thermographique est destinée :

  • à l'auto-contrôle des chantiers en neuf et en rénovation ;
  • ou à une démarche de prospection pour vendre de la rénovation et des énergies renouvelables.

La formation thermographique pour l'auto-contrôle des chantiers

Dans le but de développer un auto-contrôle du logement qu'il bâtit ou qu'il rénove, l'entrepreneur ou l'artisan ne peut se contenter d'une auto-formation, même si les points de contrôle ne concernent que son propre métier. Il se doit de suivre une formation de thermographie appliquée au bâtiment, laquelle n'est pas une formation aux techniques du bâtiment ni aux solutions à installer pour modifier des habitudes ou des mises en oeuvre préjudiciables à la performance énergétique.
Cette formation d'un strict minimum insuffisant de 1 journée sera peut-être correcte à 2 jours et confortable sur 3 jours, durée recommandée pour un chef de chantier ou un maître d'oeuvre responsable de l'ensemble de la construction ou de la rénovation.

La formation comprend les thèmes suivants que le centre de formation explicitera :

  • image thermique et images des températures ;
  • les matériaux, émetteurs et réflecteurs de rayonnement ;
  • la caméra thermique ;
  • irrégularités et défauts thermiques sur l'enveloppe du bâti, normes applicables ;
  • l'isolation thermique, le défaut d'isolation, le défaut d'isolant, la limite de la caméra thermique ;
  • le pont thermique, l'irrégularité structurelle selon le mode constructif ;
  • l'étanchéité à l'air, infiltrations et exfiltrations, évocation de l'infiltrométrie ;
  • humidité, condensation ;
  • conditions externes et internes pour la détermination des irrégularités et des défauts ;
  • les fausses idées et les pièges de la thermographie ;
  • typologie des chantiers...

La formation pour la prospection commerciale

Il est excellent d'être formé en thermographie pour des approches commerciales démonstratives. Ceci afin de savoir où se situent classiquement les points problématiques et de les mettre en évidence, puis d'interpréter correctement les images :

  • déperditions énergétiques des façades : la démonstration est propre et, le plus souvent, sans risque d'erreur (sauf les matériaux métalliques en parement où l'interprétation n'est pas immédiate ; elle peut être impossible) ;
  • défauts d'isolants et de mise en oeuvre, irrégularités dont l'interprétation est assez évidente ;
  • déperditions énergétiques par les ponts thermiques : facile également pour les parois brutes, crépies, etc... ;
  • déperditions thermiques des toitures : interprétation sujette à caution, à erreur et à incompréhension compte tenu de la diffusion de fausses idées et d'images erronées présentes sur le web et dans la presse ;
  • défauts d'étanchéité à l'air (sans méthodologie "porte soufflante" qui est très au delà de la démonstration commerciale), le risque d'erreur est égalemetn permanetn sur ce sujet ;
  • etc...

Néanmoins, la thermographie se prête très aisément au détournement de la démonstration à des fins de provoquer des affaires faciles jusqu'à malhonnêtes en faisant craindre le pire aux prospects. Les images peuvent manifester des comportements thermiques exactement opposés à la réalité. C'est la différence entre la température vraie et la température apparente, ainsi que ce qui relève de l'effet de l'inertie thermique. Notre rôle de "défense du consommateur" nous amène à exposer cette possibilité d'erreur dans "l'Espace du Particulier".
Le risque pour un entrepreneur d'être malhonnête sans le savoir (insuffisance de compétence en thermographie) ou d'être franchement un charlatan (il tire profit de l'incompétence de son prospect) existe parfaitement. C'est ainsi un fort risque de voir la thermographie décriée puis reléguée, pour un temps, aux oubliettes.
Ceci explique pourquoi, un artisan ou un entrepreneur du bâtiment ne peut être membre de l'Institut de la Thermographie. On ne peut y être à la fois juge et partie. Nous recommandons donc au particulier de s'adresser à un Thermographe Inscrit au Tableau ou, mieux, certifié COFRAC, plutôt qu'à un artisan ou entrepreneur équipé d'une caméra thermique, à moins d'une confiance méritée. Langage qui ne plaira pas à tout le monde, mais langage clair.

Les centres de formation en thermographie que nous recommandons : ceux qui enseignent suivant le référentiel de l'Institut de la Thermographie, défini par un pionnier en la matière, le Président honoraire de l'association avec ses + 30 ans de thermographie et ses + 20 ans d'enseignement de la thermographie.

Il existe d'autres centres de formation qui traitent de thermographie, de thermographie du bâtiment ou de rien du tout, mais sous la même désignation ! Renseignez-vous, internet est définitivement un "repaire de faussaires" (selon le Président de l'INA) et de plus en plus se font berner !

Rendez-vous sur les sites de ces centres de formation cliquer ici pour un stage inter-entreprises ou un stage intra sur demande.

ImprimerE-mail