HALTE ! RISQUE D'ARNAQUE !

Qu'en est-il de la profession de thermographe, de la qualification et de la certification des opérateurs ?

1 - Il n'existe pas de profession de thermographe.
Le boulanger ne peut exercer sous ce nom que s'il dispose d'un CAP de boulangerie. Il n'existe pas de certificat d'aptitude professionnelle en thermographie. Il est donc naturel d'y rencontrer tout et rien. Quand nous parlons de profession de thermographe, nous parlons du professionnalisme dans l'activité exercée, ce qui est essentiellement une attitude et non un discours.

2 - Il n'existe qu'une seule certification COFRAC thermographe du bâtiment, certification active depuis le 15 septembre 2012. Ainsi, un seul organisme peut prétendre "certifier" en thermographie, www.abcidia-certification.fr ; aucun opérateur ne peut se dire "certifié international" en thermographie. En France, les organismes accrédités pour délivrer une certification sont inscrits sur le site du Comité Français d'accréditation, le Cofrac (www.cofrac.fr).

3 - Il n'existe aucune formation qualifiante officielle ou réglementaire, en thermographie. La qualification selon le référentiel APSAD D19 est privée et ne concerne pas la thermographie du bâtiment.

4 - Il n'existe aucune accréditation* ou agrément de centre de formation, en thermographie : Les centres de formation ne peuvent qu'être "déclarés". Voir à ce sujet le site du ministère du travail où est expliquée la "déclaration d'activité" qui "ne vaut pas agrément de l'Etat".

5 - Il n'existe pas de carte professionnelle de thermographe**, mais comme certains donneurs d'ordre en demandent dans leurs appels d'offre, elles se fabriquent à la demande, toutes aussi opportunément créées les unes que les autres.

* Exception de la certification des opérateurs en contrôle non destructif en aéronautique : voir www.ndt-expert.net
** Exception pour la thermographie aérienne où la carte, délivrée par la préfecture, porte le nom de "autorisation pour la photographie et la cinématographie aériennes". Elle a néanmoins été "sollicitée" par un acteur historique pour tenter d'empêcher ses concurrents d'opérer. L'effet a donc été inverse, elle est devenue plus courante aujourd'hui.

L'Institut de la Thermographie, c'est aussi l'association de défense des consommateurs et des acteurs de la thermographie

les_imposteursL'un des objectifs exprimés de l'association est la défense des consommateurs, action militante, afin de promouvoir la thermographie, de former les thermographes professionnels, de les faire connaître et reconnaître. Ainsi, cette action se positionne clairement contre les faux-semblants, l'incompétence, les articles de presse et d'internet orientés ou ceux qui dégradent l'image de la thermographie et des thermographes.

Notre action est d'informer largement en proposant ce site internet, somme toute, assez atypique et qui se veut délibérément un site de référence : il y a de l'information originale et nous l'espérons suffisamment directe et claire. Merci de nous faire part de vos remarques...

Notre action est aussi d'accompagner, autant que nous le pouvons, les particuliers, les diagnostiqueurs, les artisans, les entrepreneurs, les donneurs d'ordre et les thermographes eux-mêmes, tous aptes à consulter des sites sur internet -- dont celui-ci qui les met en garde -- mais baignant tous dans le rodéo des sites où fleurit l'imposture : imposteur = "celui qui cherche à abuser autrui sur sa propre personne, en feignant les apparences de la vertu, de la sagesse, de l'intégrité, du savoir : www.cnrtl.fr/definition/imposteur.

Quelques bonnes pratiques tirées d'une longue expérience...

Phase A - Vous cherchez un thermographe ?

1 - Sur internet, les liens commerciaux (c'est inscrit en toutes lettres) dans les résultats des moteurs de recherche sont "payants" : ils ne sont pas ramenés par la notion de "pertinence" qui constitue l'essence et l'intérêt des moteurs. Attention ensuite aux sites répliques qui s'entendent entre eux. Quand un site vous convient, fouillez le web pour connaître les acteurs, leurs références détaillées, et téléphonez jusqu'à entendre des réactions en harmonie...
2 - Les annuaires de professionnels et les livres d'or ? Regardez-y 10 fois et dénichez les bons professionnels, il peut y en avoir mais ... bonne chance ! Publicité payante en fonction de la compétence que le chèque permet d'afficher, livres d'or signés par des compères, "nombre de clics" bidons ou concertés ... Publicité assommante et omniprésente, elle ne révèle que de l'inconsistance...
3 - Renseignez-vous sur la formation initiale, sur la formation continue qu'affiche le vendeur de prestation. Faites-lui écrire ses origines dans le devis et vérifiez en détail et relisez le début de ce chapitre. Le beau parleur vous assène des "bilan thermique", "diagnostic thermique", "DPE + thermographie", alors que vous voulez un diagnostic thermographique. Il ne sait pas de quoi il parle. Il est primordial que vous compreniez : sans explications claires, abstenez-vous.
4 - La caméra thermique employée par un bricoleur du dimanche (qui complète ses revenus, formé en cela par un hameçonneur, soi-disant expert en bâtiment mais qui n'a fait qu'aider son beau-frère à construire sa piscine) a nécessairement de faibles caractéristiques. Le devis doit donc détailler le matériel utilisé. Vérifiez sur internet. Vous n'y connaissez rien ? Normal. Lisez dans l'Espace de l'Entrepreneur le chapitre : "s'équiper d'une caméra thermique".
5 - Vous avez été démarché pour la réalisation d'une thermographie qui préconisera des travaux de rénovation. Vérifiez si le thermographe est indépendant des artisans ou des entrepreneurs. Pas facile. Les entreprises de rénovation peuvent vous proposer la thermographie : juge et partie = risque majoré.
6 - Risque Zéro ? Il y a de bonnes solutions, dont celle-ci, bien claire, que nous construisons précisément dans cette intention d'en faire une solution solide, professionnelle et durable (en voilà un beau terme pour hameçonner !) : adressez-vous à un Thermographe Inscrit au Tableau. Il est professionnel et indépendant. Préférez ceux qui sont certifiés COFRAC thermographe du bâtiment - attention, que personne ne prétende à une équivalence ! Et si, néanmoins, vous avez un souci avéré avec l'un d'eux, joignez directement le Président de l'association qui s'occupera de son cas et du vôtre. Nous sommes sûrs des Thermographes du Tableau... ou presque sûrs, vous aurez du mal à nous contredire, mais n'hésitez pas.

Phase B - Vous avez peut-être trouvé le thermographe. Vous demandez un devis ?

Définissez ce que vous voulez et acceptez que le coût de l'intervention soit au niveau de vos exigences. Une fourchette des prix décents est indiquée au chapitre "la thermographie de votre logement".
Le prix est faible ? Le risque est plus fort de vous faire attraper par un quidam, issu de nulle part, non formé et disposant d'une caméra bas de gamme.
Le prix est élevé ? Le risque n'est pas moins fort. L'hameçonneur adore l'argent et fait payer cher ou très cher une prestation nulle. Ceux qui ne contrôlent pas sont le fond de commerce de ces intervenants qui franchissent plusieurs étapes de votre contrôle avec succès.

Phase C - Vous avez signé la commande ?

1 - Ne versez pas d'acompte.
2 - Le thermographe prévu ne vient pas lui-même ? Il envoie un collègue ("il bénéficie de toute ma confiance !"), ou intervient avec une caméra différente de celle vérifiée ("celle-ci est meilleure !") ? Stoppez aussitôt et revérifiez tout.
3 - Le thermographe n'est pas à l'aise avec son matériel ? ou il travaille à la "va-vite" ? Insistez pour des explications.
4 - On vous fournit un rapport de diagnostic contenant des thermographies* microscopiques format timbre-poste ? Vous avez vu ça dans la presse et vous avez trouvé ça merveilleux. Alors vous êtes comblé. Ou alors vous estimez que les thermographies sont à peine lisibles, elles sont toutes de la même couleur, elles sont à peine commentées, vous ne les comprenez pas, elles ne vous servent à rien. Faites-vous expliquer, faites recommencer le rapport, ne payez qu'après avoir compris le résultat du diagnostic réalisé. N'est-il pas fait pour cela ?
5 - Les travaux préconisés peuvent être inutiles, non prioritaires et une étude thermique les aurait évités ou les aurait reportés. Néanmoins, vous pouvez fort bien vous trouver dans le cas normal d'un intervenant qui vous préconise, à juste titre, des travaux que vous ne comprenez pas au stade de votre réflexion. Ceci est souvent le cas pour l'isolation thermique et l'étanchéité à l'air : à réaliser avant toute autre action (changement d'équipements de chauffage, de refroidissement, énergies renouvelables, etc...). Ainsi, des entreprises honnêtes, mais auxquelles on ne croit pas, passent progressivement dans le camp des profiteurs de votre ignorance ; sinon, elles disparaissent du marché labouré par les imposteurs... Voilà qui demande de l'indépendance et un fort intérêt... pour la Planète.

* thermographie = image thermique (sans échelle des températures) ou thermogramme (avec échelle des températures)

Phase D - Vous êtes refait ! Avant d'aller en justice...

L'arnaque et l'imposture se dénoncent de plusieurs façons, d'abord en dehors du réseau de la justice :

* institut de la thermographie - association www.institut-thermographie.net
* lien vers le blog de Julien Courbet, RTL www.rtl.fr/emission/ca-peut-vous-arriver/billets
* lien vers www.internet-signalement.gouv.fr, le site officiel de l'Etat
* union fédérale des consommateurs www.quechoisir.org
* direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes www.economie.gouv.fr/dgccrf

ImprimerE-mail