LE CONGRES NATIONAL THERMOGRAM' 2013

THERMOGRAM' 2013, le congrès national de thermographie

  • deux journées dédiées à la thermographie du bâtiment
  • à l'attention des donneurs d'ordres
  • les 5 et 6 décembre 2013 à l'IUT-GIM de Châlons en Champagne
  • plaquette complète du programme à télécharger ici

COMPTE-RENDU DU CONGRES

Cette année, le congrès national a été consacré intégralement à la thermographie du bâtiment. Concocté à l'attention des donneurs d'ordres et des thermographes qui répondent aux appels d'offre, il a été d'une très bonne qualité mais n’a réuni que peu de maîtres d'ouvrage ou de maîtres d'œuvre. Ils auront raté deux excellents repas du restaurant d’application du Lycée Oehmichen, ainsi que son appétissant cocktail aux 3 Champagnes !

Un congrès ultra-nécessaire

Le thème de thermographie du bâtiment - spécifique donneurs d’ordres - avait le sous-titre « Pour ne plus se tromper ! ». Voilà qui en dit beaucoup sur la conscience, qu’ont les thermographes professionnels, des erreurs d’interprétation que font immanquablement les amateurs auxquels s’adressent trop légèrement trop de donneurs d’ordres : moindre coût mais illusion de l’évidence, intervention dans un créneau horaire non adapté qui inverse les images thermiques, caméra thermique de bas de gamme, rapport sans intérêt, inexact ou non pertinent, absence de formation en thermographie du bâtiment ! Alors pourquoi les donneurs d’ordres sont-ils si peu nombreux à faire appel aux thermographes professionnels ? Même les bureaux d’études avancent leur qualification XYZ sous la proposition thermographie alors qu’il n’existe aucune relation entre cette technique et la qualification avancée. L’Institut de la Thermographie a largement œuvré pour l’avènement de la certification COFRAC thermographe du bâtiment - nous insistons pour employer cette désignation que le Cofrac nous dit non conforme : mais il faut être clair ! Il existe plusieurs certifications-maison, d’accès entendu, suivant des normes d’auto-certification, sans validité ni validation de contenu ni vérification indépendante de la qualification des personnes - il s’agit donc de distinguer les certifications entre elles et de valoriser la seule qui soit COFRAC. Instaurée en septembre 2012, elle a été élaborée pour faciliter la démarche de choix des donneurs d’ordres, pour qu’ils s’y reconnaissent dans la pléthore des propositions qui leur arrivent, sans qu’eux-mêmes aient la formation élémentaire pour étayer le choix. Le moins disant est celui qui en dira moins, il s’agit désormais d’adopter le mieux disant.

Une journée de formation, une session de conférences et un séminaire d‘échanges entre professionnels

Chacun aura pu apprécier le cursus de formation : cette journée a exposé les détails techniques nécessaires pour que les donneurs d’ordres puissent comprendre pourquoi adopter les recommandations des professionnels sous la forme de la « trilogie de la thermographie du bâtiment à l’usage des donneurs d’ordres » (téléchargement ici) est validé, justifié, et que ce n’est qu’un minimum pour garantir que le diagnostic sera pour le moins acceptable, c'est-à-dire : ne sera pas une simple illusion, se déroulera au bon instant, conduira à un rapport circonstancié, sans les erreurs d’interprétation classiques ou fantaisistes, utile et finalisé par des préconisations, servant au maître d’ouvrage à établir un critère de qualité de la performance énergétique de ce qui lui est livré.

Le deuxième jour, parmi les sept conférences, celle de M. Felder, Habitat Territoires Conseil, œuvrant en AMO pour les USH a fait le point sur 21 appels d’offre de l’hiver 2012-2013, la démonstration est évidente : quand le donneur d’ordres suit les recommandations définies pour le choix du thermographe, le rapport de diagnostic thermographique est jusqu'à excellent. Sinon, il n’est ni pertinent ni utile. Le peu d’argent dépensé est perdu. Le Chef de Bataillon Achte du Service Infrastructure de la Défense (SID) a, dans sa conférence, abordé la préoccupation de l'important donneur d’ordres qu’est le Ministère de la Défense : comment contrôler la qualité du patrimoine dont il a la charge et assurer la performance énergétique des bâtiment, choisir le bon thermographe et confirmer que son rapport est circonstancié, afin que ... « nos impôts ne partent pas en fumée ! »

L’ensemble des conférences peut être téléchargé sur le wiki-thermographie. On y trouvera également tous les textes de conférences des congrès nationaux THERMOGRAM’ depuis 2001.

Le pourquoi d’une participation faible

Le congrès a réuni moins de 50 personnes, sensiblement la moitié des années plus fastes. Oui, la conjoncture est nettement défavorable mais la conclusion majeure à laquelle arrivent les organisateurs est que les donneurs d'ordres ne réagiront favorablement et professionnellement à la thermographie que lorsqu'elle sera réglementaire. En attendant, ils la négligent et repoussent toujours à plus tard la prise de conscience profonde - qui ne soit pas que des mots - de la nécessité de contrôler la performance énergétique du bâtiment, en cours de chantier, à peine rénové ou à peine livré.

Pour cela, il faudra bien que les organismes dont c'est le rôle, agissent de façon un peu moins timide vis à vis des freins institutionnels et de l'inertie des acteurs du bâtiment, réticents au contrôle indépendant et cherchant par tout moyen à ne pas déranger le statu quo, en particulier en visant à instaurer la notion d’auto-contrôle par les artisans eux-mêmes, afin que ne se reproduise pas, en thermographie, ce qui leur a été imposé en infiltrométrie, par la RT 2012. Mais on ne s’improvise pas thermographe du bâtiment et le dernier mot sera aux professionnels indépendants ! Mais à quel horizon ? Avant de devenir réglementaire la thermographie devra démontrer sa capacité à formaliser plus largement ses pratiques. Créer de véritables règles professionnelles, comme les ont les professionnels de la paille ou du chanvre, tout en s’inscrivant dans la logique des nouvelles règles de l’art du bâtiment en cours de rédaction (Règles de l'Art Grenelle Environnement 2012 RAGE).

L’amphithéâtre de l’IUT-GIM de Châlons en Champagne – THERMOGRAM’ 2013

thermogram_2013

viagra

 

ImprimerE-mail